mercredi 30 août 2017

Les sept portes de l'Apocalypse, tome 1 : La Croisade des Carpates, de Vanessa Callico et Diana Callico.



« Au crépuscule du Moyen Âge, le prince roumain Vlad Drakul voit déferler sur ses terres les féroces janissaires de l'Empire Ottoman. 

Dans la lugubre citadelle des Carpates de Vlad l'Empaleur, un émissaire du pape envoyé sur le front du Djihâd commence à porter les stigmates d'une terrible métamorphose...

De nos jours, une jeune étudiante passionnée par l'Apocalypse voit le monde s'effondrer dans des cataclysmes effroyables. Partie enquêter sur le phénomène dans une étrange île surgie des flots, elle se retrouve mystérieusement propulsée dans le passé et réincarnée dans le corps de la promise du cruel prince Drakul : mais comment épouser un être aussi sombre ? Entre les deux armées qui s'affrontent aux confins de l'Occident dans un duel sans merci, des créatures assoiffées de sang commencent à surgir des ténébreuses brumes de la plaine du Danube.

Comment survivre à l'Enfer, sans y perdre son âme ? »

Un début fort peu encourageant...

J'ai eu du mal à le finir ce premier volume des portes de l'Apocalypse. Et ça me chagrine
parce que l'histoire a du potentiel (beaucoup), et que j'aurais vraiment voulu m'y plaire, jusqu'au bout.

Chapitres trop courts, plume surchargée...

L'un des points négatifs de cette lecture réside dans les tout premiers chapitres ; trop flou, trop court. On nous donne le strict minimum de pièces pour monter le puzzle qui se dresse face à nous... "La Vague", "La Catastrophe"... C'est brouillon et on passe beaucoup trop rapidement d'un fait à un autre. On est bien vite déconcertée par la tournure et le final des chapitres, qui sont pourtant importants pour fixer les bonnes bases de l'histoire. Sans parler d'Eva, notre protagoniste, qui est survolée... Je n'ai pas pu m'y attacher, on ne s'attarde pas assez sur qu'elle ressent, elle reste donc totalement étrangère, l'air insipide.

Mais le plus gros point noir de cette lecture, c'est bien le style (très très tarabiscoté) des deux autrices. Pas de place à la simplicité ni au raffinement... Ici on en impose et ça devient rapidement lourdingue. On étouffe et ça plombe les diverses ambiances du livre : pas de sentiment d'horreur, de dégoût, de chaleur, de peur... Quand nous avons besoin d'une émotion précise, leur plume se montre si extravagante qu'on passe religieusement au-dessus...

C'est bête, parce que sans ça, le côté fantasy/fantastique axé "horreur" aurait vraiment pu me plaire, mais la plume impacte tout, tout est trop décortiqué, scalpé et passé à la loupe, je n'ai pas pu m'imaginer les petites bébêtes apocalyptique, je n'ai pas réussi à comprendre leur apparition, et j'ai été profondément déçue par le final, qui m'a tout autant échappé...

Terminons tout de même cet article sur un point positif  !

J'ai tout simplement adoré le personnage de Vlad l'Empaleur, fils du Dragon. J'ai aimé suivre son ascension, ses plans, lire ses petites répliques piquantes... Il a répondu a toutes mes attentes le concernant ! Mais malheureusement, ça s'arrête là, avec le fond historique qui l'accompagne, un fond très travaillé, que j'ai beaucoup aimé suivre...

9 commentaires:

  1. Mince alors, le résumé me tentait bien mais au vu des points négatifs que tu as soulevé, je ne pense pas me laisser tenter^^'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le résumé donne envie !
      C'est dommage que ça ne suive pas après :c

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Oui ! Après, je ne doute pas qu'il trouvera son public ! :D la plume plaira certainement !

      Supprimer
  3. Aah dommage, le résumé avait l'air plutôt sympa (quoique quand même complexe déjà^^)
    Des bisous ♥

    RépondreSupprimer
  4. Oh bah c'est dommage, il avait l'air chouette pourtant... +_+

    RépondreSupprimer
  5. Dommage il avait l'air top et me donnait bien envie :(

    RépondreSupprimer