mardi 8 mai 2018

Ash & Vanille , t1 : Les guerriers du lézard, de Sosthène Desanges

Résumé : « "Sauvage ! Même si tu trouves ton guerrier et que tu mets fin à la malédiction qui afflige ta tribu, il te faudra une femme ! Aide-moi à retrouver les hommes de mon clan et je serai celle-là. " 

Plus aucune fille… Voici l’étrange malédiction qui frappe depuis trente ans les naissances du Clan des Chefs. Ce peuple fier et farouche est en train de disparaître. Refusant son sort, Ash fuit sa tribu et s’enfonce dans la forêt. Mais que faire quand on a des ennemis terribles sur sa route, qu’on n’est pas encore vraiment un homme et qu’on a commis l’erreur de s’encombrer de compagnons bizarres ? Et surtout que répondre à la proposition de cette redoutable Vaaï prénommée "Vanille" ?

Nul ne peut alors imaginer dans quelle effroyable bataille cette décision va tous les jeter ! "Ash & Vanille" est un roman d’aventures qui prend sa source dans une Océanie imaginaire, un monde insulaire au-delà du temps, peuplé de “vahinés”, d’oiseaux incroyables, de légendes puissantes, de terreurs primitives et de tribus sauvages. Un Eden dangereux qui a pour héros un cannibale de quinze ans. "Les Guerriers du Lézard" est le premier des cinq tomes qui composent cette saga fantastique. »

395 pages - format ebook :5e (lien amazon)

« Mon cap'tain ! Sosthène a fait exploser l'échelle de l'originalité !

Nom d'un poypoy ! Manquerait plus qu'il ouvre le coffre aux intrigues !

...

Oh Nom d'un Géant Jaune... Il l'a fait ? »

Je ne sais même pas par où commencer tellement il y a de choses, tellement il y a de bonnes choses, à mettre en avant ; que ce soit l'univers, le périple dans lequel nous entraîne l'auteur, les personnages, la magie qui les entoure, leurs ennemis, leurs découvertes... C'est original et palpitant, le seul couac : c'est le commencement ! Il faut effectivement survivre aux trois premiers chapitres ahah ! J'étais prévenue, et c'est vrai qu'il faut réussir à les suivre, car ils sont vraiment très - très - denses.

Il y a beaucoup d'informations à absorber : mais Sosthène a eu une très bonne idée pour nous aider à tout mémoriser ! Car la toute première partie de ce livre va (principalement) servir à la présentation des légendes et coutumes des habitants de l'île du Lézard ou plutôt... les habitants de la partie de l’île du Lézard où nous nous trouvons ! Des habitants qui sont regroupés au sein du Clan des Chefs, une grande tribu découpée en six familles bien distinctes : et c'est là qu'intervient la mémorisation par association : une famille = une qualité / particularité = qui lui confère un nom qui lui est propre.

                    Ainsi, nous avons les Longues-Jambes, les meilleurs éclaireurs du monde, les Sans-Dents, une famille possédant une mâchoire fragile et une absence totale d’incisive : ce sont les meilleurs cueilleurs : nous ferons également la connaissance des Barbeboule, des Pierre-Lance... et d'autres familles, ainsi que d'autres tribus possédant toutes un nom particulier, lié à leur(s) spécificité(s) ! Cette facilité - simplicité dans les noms nous permet une rapide mémorisation ! Nous évitant ainsi de devoir constamment revenir en arrière des pages, pour comprendre qui est en conflit contre qui ou quoi ...


Car niveau conflit, nous allons être servis !

En plus de faire la présentation de tout ce beau monde, cette première partie expose toute la tension et toute la peur qui règne au sein du Clan et de ses différentes familles, faute à une malédiction qui les condamne à ne faire naître que des garçons... ! C'est dans ce contexte que va apparaître notre jeune héro : Ash. Unique survivant de sa famille, il sera nommé pour épouser l'une des seules femmes libre du Clan... 

Mais Ash est parfaitement conscient que rien ne se résoudra si personne ne se décide à partir à la recherche d'une solution : sa décision est alors prise, il part à la recherche d'un moyen de rompre la malédiction. Ni une ni deux, il plie bagage, et se décide entre-temps, à ne pas partir seul ; il dérobe alors un crâne faisant office de masque - et pas n'importe lequel, non : celui qui porte l'esprit d'un des plus grands guerriers de son peuple ; Tarsham.

Ce qui n'était pas prévu,
c'était que la malédiction devienne le cadet de ses soucis ... 

Car au fur et à mesure des chapitres et des rencontres que fera Ash (coucou Boulba !) la malédiction va tout doucement se glisser derrière le rideau de la scène, pour laisser la place à quelque chose de beaucoup plus gros et de beaucoup plus dangereux, qui ne menace pas seulement son clan mais l'île toute entière... 

                          L'auteur nous dévoile alors toute la toile de fond qu'il nous avait sournoisement cachée ! Une toile qui offre de nombreuses possibilités pour la suite et qui s'avère être très creusée ; que vont-ils découvrir ? Jusqu'où et jusqu'à qui s'étend leur monde ? En fait, on termine ce premier tome avec vingt fois plus de question qu'au commencement ! Les questionnements étant aussi prolifiques que les rebondissements dans cette histoire ! Mais aussi avec beaucoup de belles promesses ; Ash est un personnage jeune, naïf, mais courageux et entreprenant, tout comme Vanille, la jeune Vaaï qui a fait le choix de le suivre ; ce sont deux personnages qui peuvent devenir encore plus intéressant et attachant qu'ils ne le sont déjà ! Ils ont et vont encore grandir au travers de cette histoire, et de leurs nombreux combats.
                            
                                  Et que dire des autres personnages, qui forme une bien belle brochette toute colorée, à la fois épicée et sucrée ? Entre Boulba, le jeune homme transformé en Poypoy - un Dodo version grand format, qui possède un humour déplumant !, la Méduse, une petite fille irritable et éternelle, au passé trouble et aux pouvoirs aussi dangereux que fort utiles ! Et Tarsham, l'esprit du grand guerrier, qui réserve bien des surprises aux futures lecteurs et lectrices de ce tome... il y a de quoi avoir peur... mais surtout de quoi rigoler ! 

En bref, 

J'ai totalement adhéré à ce premier volume, travaillé jusqu'aux plumes de l'Alpha-Poypoy (oui, je fais une fixation dessus... j'en voudrais bien un moi, un poypoy de compagnie ! Ou un petit troupeau de Poypoy des Îles. ) ! C'est frais - le paysage est nouveau, même littérairement parlant, nous voyageons en plein territoire inconnu ! ; les personnages sont jeunes et sont amenés à évoluer durant ce premier volume autant que dans les suivants : la plume de l'auteur garde pas mal de sa densité - et ce n'est pas plus mal ; c'est le style de Sosthène, qui sait au passage parfaitement se doser : il laisse notre imaginaire faire le travail à moult reprises, nous laissant imaginer et modeler son monde à notre guise ... Sans barrières, si ce n'est notre propre imaginaire

Que vous dire de plus ? Je suis conquise : ça faisait longtemps que je n'avais pas été aussi captivée par un univers fantasy, classé comme jeunesse de surcroît... Le seul bémol, je le souligne encore et une toute dernière fois, c'est le début du roman : il vous faudra persévérer, absolument.

- - - - - - - - - -

Je vais terminer cette chronique par des remerciements : Merci Mr. Sosthène Desanges !
Pour m'avoir proposé puis envoyé votre ouvrage, qui a eu un terrible effet sur ma personne... Merci beaucoup, je me suis régalée !


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire