vendredi 17 mai 2019

Fragments d'histoire.


" Quand ils ont anéanti le Congrès, on ne s’est pas réveillés. Quand ils ont tout blâmé sur les terroristes et qu’ils en ont profité pour suspendre la Constitution, on ne s’est pas réveillés non plus. Ils avaient promis que ce ne serait que temporaire. La vérité, c’est que rien ne change instantanément. C’est comme une baignoire où la température augmente progressivement: avant même de s’en être rendu compte, on est mort ébouillanté. "

Raconter, plutôt qu’ écrire, parce que je n’ai pas de quoi écrire et que de toute façon il est interdit d’écrire, mais si c’est une histoire, même dans ma tête il faut que je la raconte à quelqu’un. On ne se raconte pas une histoire seulement à soi-même. Il y a toujours un autre. Même quand il n’y a personne. "

" Nous vivions, comme d'habitude, en ignorant. 
Ignorer n'est pas la même chose que l'ignorance, il faut se donner de la peine pour y arriver. "



jeudi 16 mai 2019

Elle voulait juste marcher tout droit, de Sarah Barukh

Et me voilà de retour sans crier gare pour babiller sur un livre qui m'a - il y a quelques semaines de ça, retourné en règle le coeur autant que les tripes. Il s'agit d'un roman historique, ayant pour thème les enfants cachés de de la Seconde Guerre Mondiale. Un sujet difficile que Sarah Baruckh a pourtant totalement su maîtriser.


Elle donne vie et voix à Alice, un personnage qui n'est rien de moins que le cri silencieux de tous ces enfants que nous avons cachés, puis abandonnés sans plus d'explications une fois la guerre terminée dans les tranchées... Car au-delà des tranchées, la guerre avait toujours lieu : dans les esprits autant que dans les corps, elle continuait de sévir, insidieuse meurtrière.

                 Et c'est par le biais d'Alice, notre petite narratrice & protagoniste que nous allons le découvrir : alors qu'elle vit paisiblement avec celle qu'elle considère et nomme comme sa tante : l'horreur prend fin, tout comme la vie qu'elle mène ; car sa mère a survécu au camp de la mort & la voilà aujourd'hui, en chair mais surtout en os pour la ramener "à la maison", loin de sa Jeanne, de son chat, loin de ses repères, et proche d'une inconnue qu'elle n'avait fait qu'idéalisé au fil des années...

Mais sa mère s'avère être absolument tout sauf la mère qu'elle imaginait : elle a devant elle une femme brisée, se mourant de l'intérieur. Mais qu'est-ce que cette maladie que l'on nomme la guerre ? Qu'est-ce que cette maladie qu'on cache aux enfants, qu'on place sous silence ? Comment alors comprendre, comment accepter sans moufter cette situation alors qu'on est un enfant à qui on ne dit rien, à qui l'on souhaite bien maladroitement épargner la guerre ? 

                   Ce livre est un brise-coeur, la situation d'Alice, ses réactions bourrées d'une innocence qui ne fera que progressivement s'éteindre au fil des chapitres : ça presse le coeur comme on presse un citron. Et c'est d'une amertume sans nom. 

Mais elle est courageuse notre petite Alice, elle a le caractère de cette mère qui lui est inconnue, qu'elle poursuivait dans ses rêves... Elle est vaillante, notre petite, c'est une battante et si elle doit se débrouiller seule : elle se débrouillera seule

                    Durant quatre années, nous allons donc la suivre, durant quatre années, nous allons nous accrocher à elle et la soutenir au travers de ces lignes de mots qui sont les siens : des mots que nous allons boire sans nous en rendre véritablement compte, dévorant pages & chapitres, rencontrant des âmes brisés, usés, cabossés. - Ce livre est d'une justesse... Sarah Barukh a su faire de sa plume une voix d'enfant ballotté, perdue, à la recherche d'un quelconque sens à ce sale monde qui s'impose et qui lui déplaît. Et c'est poignant, c'est terrible à lire : on traverse les plaies encore béantes de la guerre avec des yeux d'enfants, des yeux cherchant ses racines, cherchant un but, cherchant une main à laquelle s'accrocher...

J'ai été totalement happée par ma lecture, et je ne peux que la recommander pour tout ce qu'elle arrive à provoquer chez son lecteur : joie, amertume, colère : tout y passe, on tracasse avec Alice et on a envie, autant qu'elle de savoir et de comprendre, qui elle est - d'où elle vient - et ce qui a autant cabossé les gens qui traversent la vie...



vendredi 8 février 2019

Tamen de gushi \ Their Story, de Jiu Tan. (Webcomic)


Résumé : ( en anglais mais très simple (: )

« SQ Begin W/Their Story is the portfolio of Tanjiu, a well-known cartoonist from the inland, which comprehensively collects the whole of prevailing cartoon SQ with 550 million clicks rate on their microblog. In addition, the book exclusively collects its theatre editions and specials. (Clic)

When Sun Jing, in Affiliated No.2 Middle School encounters Qiutong of South Middle School, a small episode makes Sun remember the girl whose smile was as warm as sunshine. Their schools are adjacent, so Sun Jing always meets Qiu at the bus station. She starts to keep an eye on the girl and they become friends ever since. »




Une webcomic rafraîchissante !

Kézako une webcomic ? Les webcomics sont des bandes dessinées en ligne. Bien souvent publiées par leur créateur ou créatrice sur leur propre blog/site internet, ou bien sur une plateforme ouverte la publiant pour eux !

Ici il s'agit d'une webcomic chinoise absolument fabuleuse nous narrant, via des dessins bourrés d'humour, les péripéties de Sun Jing, adolescente tombée sous le charme d'une élève d'une école voisine à la sienne : Qiu.

                 Et qu'est-ce qu'elle fait du bien, cette webcomic.

Exit, les planches frôlant la pornographie lors d'un banal baiser, embrassade, câlin... Exit, les seins défiant à la fois réalité et gravité ! Et bonjour, réalisme. Bonjour, adolescentes, ayant des corps d'adolescentes, et un comportement d'adolescentes inexpérimentées. Parce qu'elles le sont, parce que ce n'est pas innée contrairement à ce qui est glissé bien trop souvent dans nos livres, & sur nos écrans.

           Nos deux petites protagonistes sont authentiques, sensibles, et ne portent -AMEN- en elles absolument aucun cliché dont on affabule encore aujourd'hui bien trop souvent les lesbiennes. Et ça aussi, ça fait du bien... Parce que ça nous permet de nous identifier. Et nous savons à quel point c'est important de pouvoir s'identifier ! Nous en avons atrocement besoin...


                      Mais revenons à nos moutons !

Alternant les scènes cocasses & diablement mignonnes ou les sentiments de nos protagonistes se dévoilent à nous, non sans maladresse et timidité, Tamen de Gushi est une webcomic craquante qui ne joue ni sur le sexe vulgaire, ni sur les clichés ; elle met en scène (et s'amuse avec brio) de diverses situations que nous avons tous-tes déjà vécu-es un jour ; celles des premières fleurs de l'amour.

Un coup de cœur, qui fait vraiment beaucoup de bien !

Cette webcomic est disponible en chinois sur le blog de l'autrice, en anglais, ainsi qu'en français grâce à une multitude de plateforme, dont mangakawaii, dont j'ai piqué une planche traduite pour cet article !


lundi 28 janvier 2019

Les chroniques de Balthazar, t1 : Peste soit des lutins, de Guillaume Leduc


Résumé : 

« En Général, les chasseurs de primes évitent de s'empêtrer dans les affaires de la Peste Lutine, l’organisation criminelle la plus dangereuse du Vieux Continent. Pourtant, lorsque Léopold, le plus jeune des Beaumort, la famille lutine à la tête de la Peste, se met en difficulté en égarant un témoin gênant, Louis Balthazar, lui qui vient de perdre son mentor et qui cherche à se faire un nom, ne résiste pas à l’appel de la justice et à la prime rondelette qu’elle promet. C’est donc à bord de l’Elisabeth Summer, son navire aérien, qu’il part en chasse, accompagné de ses compères, Bubel et Pic, deux bien étranges créatures.


Mais en cet univers fantastique et impitoyable où la science se mêle à la magie, où, dans les cieux, les steamers remplacent les dragons, où les armes à feu s’utilisent plus volontiers que les épées, et où les trolls s’habillent en costume trois pièces, rien n’est simple et les chasseurs peuvent très vite devenir les proies… »

____________________________________

Boom, boom-boom, c'est le bruit que mon cœur fait quand il a un coup de foudre !

Dernièrement, j'ai eu ce que l'on pourrait appeler une "panne de genre" ; un goût désagréable, amer, me collait sérieusement à la langue à chaque fois que je tentais de débuter un livre de fantasy... Tout me paraissait d'une incommensurable fadeur. Je désertais alors le rayon de l'imaginaire, le cœur en berne.

Et puis... Balthazar, au détour de simplement.pro,
& son créateur, Guillaume, auteur français qui peine à faire lire & connaître son roman.

Ce qui est incompréhensible.

Parce que cette aventure est une pure folie, folie au sein de laquelle Guillaume a fait le choix de n'épargner aucun des ses personnages - bons comme mauvais, tous se feront généreusement cuisiner (pas de jaloux !) durant un peu plus de 440 pages, des pages ayant mijotées dans une marmite entière de sarcasmes et de cynismes !

                                  De Balthazar, notre protagoniste, chasseur en quête de belles récompenses, possédant un culot aussi gros que des roupettes de trolls, à Léopold, une tête de la Peste Lutine ; mafia familiale influente qui élimine la concurrence et les ennuis aussi facilement qu'on tire la chasse après avoir déposé le petit colis du matin, Guillaume Leduc vous embarque dans une histoire dont vous n'aurez plus envie de sortir !

Je suis incapable de dire ce qui m'a le plus plu dans cette dernière ; les personnages colorés, que ce soit physiquement ou caractérielle ment  ce qui nous les rends particulièrement attachants, la chasse menée tambours battants par Balthazar avec ses adorables compagnons à la Peste Lutine, la Peste Lutine ou son univers qui émoustille l'imaginaire comme seul un patron du genre pourrait le faire !

                                       Mais purée, ce que c'était bon ! J'en redemande, tout de suite !
                                     
C'est drôle et c'est frais, c'est mené par un rythme soutenu, que jamais nous n'aurons à combattre pour avancer ; il est entraînant, se situant idéalement entre la lenteur et le récit pétulant ! Les moments d'actions, de sentiments et de complicités... pas d'économie, mais pas d'excès : tout comme la narration, qui est multiple, et quel bon choix !  On découvre et creuse chacun des personnages existants, notre curiosité toujours satisfaite...

                              Que dire de plus ?

Ce n'est que du positif : le ton familier qui nous permet de très rapidement pénétrer le récit, les différentes thèses abordées (conditions animales et humaines...) qui nous parlent bien évidemment !, toutes ces nouvelles choses, ces nouvelles espèces qui font marcher notre imaginaire... Un imaginaire qui rencontre notre réel, que pourtant, nous oublions totalement lors de notre lecture... Un véritable délice, à lire sans aucune modération.


 Un récit équilibré - totalement maîtrisé -  qui ne demande qu'à être dévoré, 
avec les yeux et le cœur...

 La perfection, te dis-je, arrête de chipoter !


                                  Je remercie encore une fois, très très très fort Guillaume pour sa confiance, et j'ai  bien hâte de retrouver notre fine équipe ! Comment ça, j'ai pas parlé de la suite ? Parce que oui, il va y en avoir une ! Il y a même eu un coup de pression d'exercé sur les lecteurs à la fin des 440 pages ! Une fléchette en pleine tête œil gravé d'un poétique " c'est loin d'être terminé, tru'fion... "

Alors, envie de chasser du lutin ? C'est par-là !
Mais si t'as trop les pétoches, tu peux faire un premier saut dans l'univers de Guillaume, juste ici ! Allez viens... Mais attention... Les lutins, ça fait mal quand ça mord.





dimanche 13 janvier 2019

Ma wish-list absolue.



& il y en a un paquet.
Un giga-paquet.

Du coup, je vais vraiment mettre les principaux bouquins qui font
 battre follement mon petit cœur de lectrice superficielle ! 

 

 (on notera que pour les Soeurs Carmines, c'est Plouffy qui m'a influencée ;(( ).

    
     

Il ne me manque plus qu'une chose,
L'essentiel haha.


& vous ? Vous aussi vous avez aussi une petite wish-list absolue,
 de ces livres qu'il vous faut absolument pour le bien de votre petit cœur (et de vos yeux ?) ?